Masculin / Féminin

119CANON2
« Pour une femme, le smoking est un vêtement indispensable avec lequel elle se sentira continuellement à la mode car c’est un vêtement de style et non un vêtement de mode »
Yves Saint Laurent  

Rien que des basiques

Pour réussir un look masculin / féminin, il faut se munir de basiques. Du monochrome. Du pantalon de tailleur. Des escarpins. De la chemise blanche.

Tout l’effet désiré du chic androgyne réside dans le décalage des styles et dans le contraste monochromatique.

Personnellement, je trouve qu’un crop top en dentelle allié à un pantalon de tailleur a quelque chose d’immensément féminin, bien plus qu’un crop top associé à un pantalon moulant ou une jupe courte ! Toute l’élégance du crop top réside dans le non-dévoilement du nombril. D’où le port essentiel d’une jupe ou d’un pantalon taille haute.

L’influence Dandy

Le look masculin / féminin est tout d’abord influencé par le mouvement Dandy né en Grande Bretagne à la fin du XIXè siècle. L’une des incarnations Dandy est notamment Oscar Wilde, qui figure à la croisée du décadent et du précieux.
Oscar_Wilde_Sarony

Réhabilitation du smoking pour les femmes

Coco Chanel fut la première à libérer la femme du carcan de la jupe, à œuvrer pour une féminité plus sobre que les robes et corsets, reliquats de la Belle Epoque. Mais c’est vraisemblablement Yves Saint-Laurent qui a institué le smoking pour femmes, et a su porter le culte du chic à son apogée avec cette provocante et innovante association.
tailleur-saint-laurent-e1423583367849

Un exemple marquant : Annie Hall

Sublimée à l’écran par Woody Allen en 1977, Diane Keaton incarne la très rafraîchissante et névrosée Annie Hall qui arbore un look boyish et charme immédiatement par son apparence androgyne qui transpire l’espièglerie et une féminité bouillonnante sous-jacente.
annie-hall

Réappropriation personnelle

Au confluent du Dandysme et du Masculin / Féminin, je pose dans mon salon / cabinet de curiosité saturé d’objets hétéroclites et de mobilier XIXème (sofa napoléonien d’environ 1860 remis au goût du jour par la brillante Elsa ) vêtue d’un pantalon de tailleur, d’un crop top en dentelle, d’une chemise blanche nouée et d’un blazer cintré en velours. Final touch ultra féminine : les escarpins or rosé brillants à lanière fine, talons aiguilles.
Je me suis violenté pour rester dans l’épuré, la simplicité, et ne rien surcharger, juste laisser les alliances de formes et de tissus parler d’eux-mêmes.

Tenue :
Blazer en velours Newlook – Pantalon de tailleur Asos – Crop top Asos – Chemise Galeries Lafayette – Escarpins Glamorous

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s