Dangereuse Alliance

 

Anthropomorphon

A la lumière évanescente,
Je veux sur une tombe esquisser une envie indécente
Au crépuscule pourpre et sang,
M’enivrer des spectres dansants…

A l’ombre touffue,
Je veux être Lilith déchue
A la veillée écarlate,
Embrasser les doux yeux d’Hécate…

A l’orée d’un jardin de lune,
Je veux me parer des plus naturelles fortunes
A la lueur des étoiles dessinées,
De lierres, de roses, de lilas et de jasmin m’orner…

A l’aurore éclipsée,
Je veux ouïr les frêles étreintes des fées

A l’heure lycanthropique,
Que l’herbe de Circé pousse un ultime cri magique…

Au coeur de la nuit sauvage,
Je veux bleuir et m’éteindre au plus bel âge

A la chaleur d’un bois possédé,
Boire la sève éternelle des sorciers…unnamed (1)

unnamed (2)

En 1996, le film « The Craft » (rebaptisé en français « Dangereuse Alliance ») réalisé par Andrew Fleming sort sur les écrans. Pour son 20ème anniversaire, nous nous sommes laissées tenter par un photoshoot recréant les conditions du film. Des jeunes filles paumées cherchent une forme de reconnaissance et la trouvent à travers la wicca, qui va tout au long du film dériver vers une redoutable magie noire.

Au milieu des années 90, l’intérêt pour l’ésotérisme et la magie s’installe dans les médias. On se souvient des films comme Hocus Pocus, The Witches of Eastwick, Practical Magic (Les Ensorceleuses) puis les séries comme Charmed ou Buffy qui ont réellement contribué à populariser les croyances païennes et tout le folklore qui l’accompagne.

Toute ma génération a été littéralement bercée par ces séries et ces films, ressentant une pointe de nostalgie en écoutant les musiques comme « How soon is now » ou en pensant à la Magic Box de Giles ou le grenier des Halliwell. Tous les weirdos, les misfits et les outcasts de notre génération ont rêvé de balancer des éclairs avec leurs yeux, de faire voler les objets ou de faire léviter les copines. C’était ce à quoi on s’astreignait les samedis après-midi.

Pour ce photoshoot, Eirlys et moi avons revêtu nos tenues de rebellious highschool girls dignes des 1990s. Perfecto en cuir noir ou veste en jean clouté, chemise blanche, jupette noire, bottines ou carrément bottes de vamp lacées, et pour les plus effrontées à l’instar de la magique Fairuza Balk (Nancy), harnais et pentacle intégré!

Les 4 amies se rendent d’ailleurs dans la forêt pour sceller leur amitié et leur foi païenne à travers un rituel d’initiation où elles invoquent les 4 éléments (chaque fille étant associée à un élément en particulier).

La terre, l’air, l’eau et le feu sont représentés dans notre mise en scène et les esprits semblent avoir entendu nos incantations…

L’invocation de l’Air avec l’Athamé (dague rituelle)

IMG_2372 (3)
Photos retouchées par Anaon

Photoshoot inspiré du film The Craft, 1996
2w6ctfq

 

Publicités

2 commentaires sur « Dangereuse Alliance »

  1. Merci merci merci pour me ce beau moment de pop culture so 90’s. Je dois dire que je suis largement passé à côté à l’époque. Superbes mises en scène dans le photoshoot, bravo ! Pour la référence « How soon is now », j’avais déjà eu l’occasion d’entendre cette magnifique chanson des Smiths mais là je me suis penché sur le texte et c’est une découverte incroyable, tellement de résonances personnelles… Un hymne ultime pour tous les misfits de la Terre 😉 Merci encore !

    Aimé par 1 personne

    1. Owh mais tellement merci à toi pour ce commentaire si chaleureux et enthousiasmant c’est tout simplement adorable 🙂 yes c’était fun de prendre ces photos ! Mais c’est tellement ça pour how soon is now, J’adore la formulation « hymne pour tous les misfits ». Les paroles sont simples mais tellement percutantes :
      I am the son
      and the heir
      of a shyness that is criminally vulgar
      I am the son and heir
      of nothing in particular
      Ca Déjà ça te calme direct. C’est tellement élégant comme formulation et tellement imagé et parfait. Évidemment tous les misfits ne désirent qu’une chose : être aimés pour ce qu’ils sont sans avoir à devenir quelqu’un d’autre même s’ils passent souvent par toutes les étapes de transformation… ce cri du coeur qui prône une forme de différence et d’individualité émane vraiment de cette frustration de ne pas être plus « populaire » et donc plus aimé je crois… mais c’est terriblement touchant et 1000000 X plus intéressant comme archétype que celui du héros, du fils prodigue, du gendre parfait, du prince charmant… merci encore 😚

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s