Les Remparts Rouges

“Faire rêver les hommes est souvent le moyen le plus sûr de les tenir endormis – précisément parce que le rêve leur donne l’illusion d’être éveillés.” Gustave Thibon

Un lieu, une symbolique conformiste

Pour cette série de photos intitulée « Les Remparts Rouges » prise par Jim, je voulais trouver une belle maison du sud qui puisse avoir quelque chose d’hollywoodien dans le style (blanc, minimaliste, rappelant le désir conformiste du « white picket fence », symbole de réussite sociale aux USA). Ces photos ont été prises non loin des remparts de Perpignan, et pour moi les « Remparts Rouges » évoquent toute une symbolique très spéciale, faite de l’agrégat de plusieurs éléments esthétiques, cinématographiques et psychologiques.

mulholland-6 YES

Le costume, un reflet des fantasmes

Imaginons que les Remparts Rouges, à l’instar du boa rouge (caricaturalement théâtral) symbolisent la frontière entre fantasmes et réalité des jeunes femmes d’aujourd’hui. J’ai l’impression que la jeune génération (20 ans environ) est en quête d’une passion constante. Que le principe de réalité est toujours occulté, maquillé, éludé, et remplacé par le principe de plaisir, de manière totalement compulsive, à la fois comme un refuge et un automatisme. Les remparts protègent mais occultent aussi la vue. Ils définissent un périmètre de rêves bien précis, toujours baignés par des tons rubiconds, cinabres, vermillons, reflétant les multiples désirs de passion, violence, plaisir.

mulholland-2 YES

Influences lynchéennes

Ainsi l’héroïne qui incarnerait une « jeune » génération est à mi-chemin entre deux mondes. Elle pose devant une maison blanche, la nature (bougainvilliers) dépassant du cadre (désir de séduction compulsive). Cette maison pourrait être celle de son enfance, ou celle de ses rêves étant petite fille. Elle pourrait aussi représenter le fantasme « conformiste » : la maison blanche, la réussite, la vie rangée, the white picket fence quoi. Ce topos est repris tel un fil d’ariane dans le film Blue Velvet de David Lynch. Le héros est en quelque sorte déchiré entre une vie pépère avec une fille bien sous tous rapports et une vie étrange, où tel un petit voyeur il s’insinue dans les existences dérangées des désaxés et des pervers. Pour moi le motif de l’état transitoire entre les deux mondes est celui de la barrière blanche bordée de roses rouges, opposant la voie conventionnelle à celle, plus piquante et risquée, qu’il s’apprête à arpenter.

“Les fous du ciel trouvent grisant d’être suspendus entre l’illusion d’immortalité et la réalité de la mort.” Alexander Chase

mulholland-5 YES

En quête perpétuelle d’intensité, cette jeune femme projette une image de femme fatale, un peu comme Renee, l’épouse du héros que l’on retrouve dans Lost Highway (Lynch). Vamp brune aux allures goth qui partage la vie de Fred dans une maison immaculée désagréablement vide, trop propre et simple pour être « assez ».

Comme Betty Elms dans Mulholland Drive (David Lynch) qui rêve de devenir actrice et se fait littéralement des films, confondant réalité et illusion, cette jeune femme se raconte des histoires, pense qu’elle a quelque chose de spécial, que sa destinée sera spéciale.

Dans Mulholland Drive, sa rencontre avec Rita sera déterminante. Rita représente une sorte d’idéal, un fantasme. La tenue que je porte est un clin d’oeil au personnage de Rita. Tenue de femme fatale, tenue de l’archétype né de l’assemblage de multiples projections et fantasmes des jeunes femmes « simples », « normales », qui rêvent de ce petit plus, ce supplément de vie, qui fait que tout semble plus intense, plus passionnel.

La dialectique du Selfie et du Poseur

Le selfie vient renforcer cette notion : si je suis « quelconque », je vais mettre en scène ma vie et mes désirs pour booster mon quota d’intensité, quitte à vivre dans une illusion aux milles facettes réfléchissantes.

Le selfie pourrait d’ailleurs être le trope actuel du miroir, miroir de la méchante reine dans Blanche Neige. Le miroir devient l’instrument esclavageant la reine et faisant reposer sa confiance en elle sur une surface lisse et une approbation quotidienne de sa beauté et valeur intrinsèque.

mulholland-10 YES

Inspirations : David Lynch

Blue Velvet

Lost Highway

Mulholland Drive

Vêtements

Robe maxi noire fendue asos – chaussures serpent H&M –

Publicités

2 commentaires sur « Les Remparts Rouges »

  1. Les mots « intensité » et « passion » sont parfaitement captés dans ton article. Leurs deux sens se dégagent d’une manière limpide, tout en prenant en compte le contexte de notre époque. Il me semble ici lire entre les lignes passion et intensité dans un sens très romantique, caractéristique du début du siècle, où l’intensité était liée à l’intelligence et l’érotisme. J’y lis donc aussi en opposition, passion et intensité dans un sens presque péjoratif, l’intensité synonyme de courte durée, la génération qui écourte tout, se lasse de tout, consomme rapidement, le plus possible, mais rarement le mieux possible, et passion synonyme de sexe, mais cette fois l’érotisme disparaît et laisse place à une pornographie vide de sentiments, vide d’émotions, bienvenue cette fois dans notre époque.
    Ce fut une fois de plus un plaisir de lire ton article, tu joue parfaitement les accords des oppositions et des paradoxes, et mon dieu que c’est un plaisir de lire des réflexions de cette qualité !

    Au plaisir,

    La Parnassienne

    J'aime

    1. La Parnasienne, sais-tu que tu es adorable ? 😚 Merci infiniment pour ce message riche et étayé! En effet je n’ai pas du tout explicité les sens que j’attribuais à ces notions mais tu les as tout à fait cernés. Il y a derrière ces idées de passion et d’intensité une connotation très romantique, et l’intensité, je la rapproche de la définition de George Bataille, quelque chose d’opposé à la durabilité, au « bien », à la constructivité. C’est une époque complexe, où l’on peut se procurer toute forme de satisfaction rapide. Je ne fais pas nécessairement l’apologie de la durabilité non plus, mais je constate qu’il y a cette envie très présente chez une génération plus jeune (et je suis passée par les mêmes étapes à 20 ans aussi 😉 ) de ce désir de tout, d’un coup, avec un sens de totale accessibilité et de totale fluidité. Merci pour ton appréciation personnelle, vraiment! Bonne continuation 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s