Soldier Freak [Street Style]

Pour l’intitulé de ce look, je n’arrivais pas à choisir entre l’évocation du petit soldat en bois et le performer de cirque au temps des Freaks (rappelons le, et Diane Arbus le disait si bien « Most people go through life dreading they’ll have a traumatic experience. Freaks were born with their trauma. They’ve already passed their test in life. They’re aristocrats. ») alors j’ai tout simplement choisi les deux!

street-19street-17

L’anecdote débile

Avant le shooting, je dis à Jim ce que j’ai en tête comme tenue, accessoires, lieux, couleurs etc… Je lui dis que je veux un truc joyeux, genre Mardi Gras à la Nouvelle Orléans, coloré et foufou. On s’aventure dans les rues, et on tombe en amour avec les ruelles grises, détruites, pourries du centre ville, et très naturellement je prends des poses dark / spectrales / regard « je vais te détruire ». HA HA ! Chassez le naturel, il revient au galop!

Le lieu

La place du Figuier à Perpignan (en travaux!), les petites rues du vieux centre! Tout ce qui va permettre au rouge de se détacher nettement du paysage et d’éclater aux yeux du spectateur!

street-14

L’attitude

Comment porter une robe rouge? Il existe pléthore de rouges, et pléthores de formes de robes. J’aime tous les rouges, et je possède beaucoup de petites et longues robes rouges. La robe bordeaux près du corps en velours, la petite robe légère vermillon à froufrous, la longue robe d’été rouge sang, ou la robe cocktail qui met en avant les formes féminines… J’associe au rouge l’image de la femme fatale, à la Jessica Rabbit, et évidemment aux notions de passion, d’amour, de beauté, mais aussi à une personnalité vive, au sang chaud! Et c’est une couleur vers laquelle je m’oriente naturellement, une couleur qui me ramène aux couchers de soleil épiques du sud, aux collines de terre rouge dans l’Aude, au vin rouge que j’aime tant 😉 Mais ce n’est pas tout, il y a une énergie particulière que l’on pourrait associer à cette couleur : une énergie élevée, celle de la vivacité, de la rapidité, voire même de l’urgence, mais une douce urgence, une précipitation délicieuse dans un monde riche de possibles. Un avenir rutilant semble tout proche, contenu en germes dans la couleur éclatante. Le rouge peut être un statement, une affirmation de soi, mais aussi une couleur qui porte en elle mille promesses vers lesquelles on désire tendre à tout prix.
J’adore ce poème (traduction anglaise) de Rainer Maria Rilke, qui pour moi, représente cette « fureur de vivre », cette rutilance :

“Sometimes she walks through the village in her
little red dress
all absorbed in restraining herself,
and yet, despite herself, she seems to move
according to the rhythm of her life to come.

She runs a bit, hesitates, stops,
half-turns around…
and, all while dreaming, shakes her head
for or against.

Then she dances a few steps
that she invents and forgets,
no doubt finding out that life
moves on too fast.

It’s not so much that she steps out
of the small body enclosing her,
but that all she carries in herself
frolics and ferments.

It’s this dress that she’ll remember
later in a sweet surrender;
when her whole life is full of risks,
the little red dress will always seem right.”

La tenue

“Your red dress,’ she said, and laughed.
But I looked at the dress on the floor and it was as if the fire had spread across the room. It was beautiful and it reminded me of something I must do. I will remember I thought. I will remember quite soon now.”
Jean Rhys, Wide Sargasso Sea

Je porte une robe trouvée dans ma petite ville, dentelles sur carreaux. Modern-goth.
Toujours les mêmes bottines Eram (2 pointures trop grandes mais tant pis, c’était les dernières, longue vie aux doubles semelles!)
Un sac bisou rouge très kitch & pop-mais-que-j’adore de Lesara
Des collants Calzedonia
Un collier trouvé sur Asos
Des bracelets dégotés dans une petite boutique à Collioure
et, et, et…

street-4street

La pièce-maîtresse

Il s’agit d’un haut de forme ayant appartenu à mon arrière grand-père (qui devait être plus petit que moi, nous avons le même tour de tête!). Il date du début 1900 voire même d’avant et il est en super état! J’espère que l’ancêtre ne se retourne pas dans sa tombe à me voir parader partout comme une Madonna goth en 2016 avec son beau chapeau!

street-7

Résultat final

Je souhaitais que transparaisse dans ce look une vraie rutilance, une joie de vivre et une affirmation de soi certaine ; une effluve 80s / Madonna enrobée de culture goth et d’un fini Belle Epoque pour apporter la touche de surclassicisme provoquant alors l’originalité. En réalité il n’est pas aisé de se déplacer avec ce genre de chapeau tellement il en impose, mais sans lui, je me sentais incomplète! Serait-ce une manière que mon inconscient aurait choisi pour me dire que j’ai un besoin constant d’en faire des caisses?

Photographies

Jim

Publicités

2 commentaires sur « Soldier Freak [Street Style] »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s