Starry night ou l’avènement de l’imprimé étoilé

J’aime donner des noms à mes tenues alors celle-ci s’appellera « Starry Night / Vibrant Dusk » pour évoquer le mariage du bleu nuit et du prune/fushia, deux couleurs qui pour moi fonctionnent bien ensemble.

1010172

Pour ce look, je suis restée assez sage mais j’aime les coupes newlook et les jupes et robes évasées, donc je suis partie sur une association petit haut moulant et jupe tutu qui marque la taille. C’est une tenue absolument portable de jour !

1010185

L’imprimé étoilé : du mysticisme à l’oubli

Il faut que je revienne sur l’imprimé étoile. Comme les imprimés animaux, les imprimés graphiques ou rayures, c’est un pattern que l’on retrouve beaucoup depuis quelques années. D’ailleurs à l’instar de beaucoup d’imprimés, il eut le vent en poupe dans les 70s, porté façon bohémienne mystique, et façon glam rock à la David Bowie. Puis j’ai comme l’impression que les 90s se sont passées de l’imprimé céleste. Je crois que les 70s ayant été témoin de cette vague New Age et mystique ont tout naturellement popularisé l’image de la femme-déesse, de la femme-initiatrice. Beaucoup de coupes de robes reprennent la coupe « déesse », façon toge, drapés luxuriants et grands pans de tissus souples flottant dans les airs, faisant de la silhouette une forme d’oiseau sauvage. Les 80s et les 90s ont plus été caractérisées selon moi par un retour à une forme de classicisme, les tailleurs pour femmes ont explosé, il y avait ce réel désir d’ « affirmer son statut ». Et cela passait beaucoup par la mise en avant de sa position sociale et la masculinisation des vêtements.


La résurrection des étoiles : du punk à la pop

Heureusement, les 2000s annoncent le retour triomphal de l’imprimé étoile ! Mais pas si glamour et cosmique que dans les 70s… Souvenez-vous des tenues de Hayley Williams ou d’Avril Lavigne… on arbore l’étoile multicolore sur fond noir, on mélange allègrement le noir avec le fushia! C’est l’avènement des baby punkettes,  des rockeuses girlie. Mais on reste dans des coupes lolita ou sportswear  (hoodie cosmique). Cette fois, c’est les filles (jeunes) qui ont envie d’exprimer leur côté « loud » et « gros dur », en assumant totalement des couleurs ultra genrées et pop mixés à du noir, des newrocks, des docs.

09pcn

La résurgence mystique 

Depuis 2015/16, l’étoile revient en force, mais beaucoup plus sous forme de clin d’oeil au mouvement gracile et éthéré des longues robes et capes mystiques des 70s. Saint Laurent a adopté la tendance,  McQueen aussi (je suis en pâmoison devant la superbe robe de magicienne que Nicole Kidman portait au gala du Met l’an dernier). Je pense vraiment que depuis 20 ans et plus particulièrement ces dix dernières années, dans le sillages des USA, on se laisse bercer par des mouvements dits alternatifs, et de plus en plus de symboles ésotériques issus du revival de certaines croyances sont totalement admis dans la culture populaire de la sape (la main de chiromancie, les symboles astrologiques…). Pour moi, cela émane ipso facto de notre refus d’un réel trop dur, de ces crises économiques, politiques mondiales dont on nous rebat sans cesse les oreilles. Il y a une réelle fuite en avant dans des univers beaucoup plus rêveurs, idéalistes et doux.

Réappropriation personnelle : de la nécessité de conserver quelques vieux vêtements

Je n’ai malheureusement pas le privilège d’avoir hérité d’une de ces vieilles robes de prêtresse mystique, mais par contre en 2006/2007 j’étais là et je m’habillais avec des étoiles! On ne sait jamais, ne jetez pas certaines pièces qui vous plaisent ; pour des raisons parfois étranges, vous pourriez toujours les réassocier quelques années plus tard avec de nouvelles pièces qui vous les feront re-découvrir ! Il y a 10 ans j’aimais bien les sweat-shirts étoile les tee-shirt en coton étoile (ce qui correspondait bien à mon état d’esprit « rebel kiddo »)… Même s’il n’y avait pas la classe et le raffinement de la nouvelle tendance (imprimé étoiles sur des tissus légers qui ondulent au vent et vous drapent d’un charme énigmatique), associés à d’autres pièces plus actuelles ou plus raffinées, on peut trouver une forme d’équilibre. La jupe de chez Boohoo reprend cette coupe année 50s qui s’arrête en-dessous du genou, et le velours très populaire actuellement permet d’étoffer mes frêles épaules (de baby) et de rééquilibrer un tant soit peu la silhouette.

Au niveau des accessoires, j’ai trouvé ce bracelet en bois dans la petite boutique de bijoux à Collioure, et cette bague sur ebay il y a longtemps. Apparemment ce serait une opale bleue. Je n’en suis pas très sûre, mais je suis tombée amoureuse du design de cette jolie bague.
Quant au livre… c’est un clin d’oeil à un grand projet en préparation 😀

Il y a aussi ce gros badge que j’adore avec cette image à la fois kitsh et très horror pulp pour faire un nouveau clin d’oeil aux 50s et à ses films d’horreur!

Tenue au complet

Tee-shirt : Pimkie ancien
Jupe : Boohoo
Bottines : Vanessa Wu
Blazer : Newlook
Ceinture : Amazon
Badge : petite boutique d’accessoires foufous à La Rochelle
Bracelet : petite boutique de jolis bijoux à Collioure
Bague : Ebay ancien
Pochette : Mango Italie
Collier : H&M

 

Publicités

3 commentaires sur « Starry night ou l’avènement de l’imprimé étoilé »

    1. Ahhh Lisa! J’en ai trouvé une belle sur French Connection (bleu nuit / sequins étoiles) elle est sur insta 😀 mais ouiii si j’en vois une je t’envoie le lien, c’est canon! Ah Ah Avril Lavigne elle a démocratisé la poppunk chez les filles n’empêche! hé hé

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s