Balenciaga, l’oeuvre au noir

Le lieu

Le choix du Musée Bourdelle provoque un vrai dialogue entre les créations de Balenciaga et les statues de Bourdelle, offrant des contrastes dramatiques et toute la dimension épique et tragique que méritent les robes du créateur.

P1010804

P1010834

Le style Balenciaga

Rappelant l’Espagne traditionnelle et son folklore, l’utilisation du noir chez Balenciaga explore toutes les nuances et les lumières de cette couleur mystique. Couturier acharné, il n’a jamais cédé au chant des sirènes américaines et de leurs machines. Adepte des coupes dramatiques, il accompagne, structure et accentue la carrure et la silhouette féminine. Laissant souvent un pan de crêpe voguer au vent, l’effet obtenu sur un corps en mouvement en est cinématographique. Les manches melons, le taffetas chiffonné et boursouflé donnent un résultat plein de volume et confèrent au modèle un charisme unique, digne d’une Cruella d’Enfer.

P1010839P1010842P1010848P1010849

P1010861

Lumières et Transparences

Plis et déchiquetures permettent de créer des jeux d’ombre et de lumière et d’accentuer encore davantage le caractère graphique des tenues. La profondeur du velours, la brillance du satin et du taffetas provoquent de saisissants contrastes qui font du noir une couleur si intense, plurielle et riche qui frise parfois la coruscation : le ruissellement des sequins noirs sur les robes droites éblouissent et font oublier l’existence d’autres couleurs sur le spectre. Le noir se fait charme puissant et implacable envoûtement des sens. L’oeuvre au noir, la dernière étape alchimique, est alors un succès…

P1010862P1010866P1010867P1010876P1010886P1010887

La scénographie

Instaurer un dialogue entre les sculptures et les robes permet de mettre en lumière tout ce qu’il y a de plus graphique, architectural, dramatique et majestueux dans les créations de Balenciaga. Les robes sont tantôt mêlées aux gigantesques statues, tantôt dissimulées dans la discrétion d’isoloirs les protégeant du soleil. Soulever le rideau pour apercevoir la ligne de la robe, les plis et les contours tient de l’expérience esthétique, sensorielle et même érotique. Ce charme du voilé-dévoilé opère à merveille, et enflamme l’imagination en la pimentant d’un goût de revenez-y.

Le clou du spectacle est à découvrir au sous-sol du musée, dans une immense pièce où les ombres semblent danser, et les robes parler entre elles ou faire monstration de leur charme infini dans des one-dress-shows! Sous un éclairage théâtral, la magnificence des étoffes se déploie sous nos yeux, nous invitant à pénétrer dans un royaume pétri de mystères, aux lignes rigoureuses, comme découpées par la lumière…

P1010888

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s