La célébration de la marginalité dans la photographie

C’est un sujet totalement passionnant, puisque les photographies sont des témoignages d’époques que nous n’avons pas connues, mais dans lesquelles nous pouvons totalement nous immerger. Tout d’abord, qu’est-ce que la marginalité et la marginalisation?

Etymologie : de marginal, venant de marge, venant du latin margo, bord, bordure…

Marginal

L’adjectif « marginal » qualifie ce qui est en marge d’un texte, ce qui n’est pas essentiel ou pas important quelqu’un qui vit en marge de la société.

Marginalisation

La marginalisation est le fait de rendre marginal, de se marginaliser ou d’être marginalisé.

En sociologie, la marginalisation est le fait, pour un individu ou un groupe d’individus, de s’écarter de la norme de la société, de s’en exclure ou d’en être exclu avec une rupture, parfois brutale des liens sociaux. Le terme est d’un usage récent (seconde moitié du XXe siècle).
Ex : la marginalisation des sans-logis.

La marginalisation sociale peut être choisie par un individu désireux de vivre en marge de la société, de manifester le refus d’un mode de vie, de protester contre certains travers de la société. Mais, souvent elle est subie, comme la conséquence d’une ségrégation, d’une stigmatisation, d’une exclusion sociale, d’anomie, d’une désocialisation, d’un handicap, d’un comportement à risque, d’une déviance Lire la suite de « La célébration de la marginalité dans la photographie »

Publicités

Museum d’histoire naturelle : GO WILD OR GO HOME ! Retour à la Femme Sauvage

Il y a environ deux mois, je suis allée explorer le magnifique Museum d’histoire naturelle. Pour l’occasion, j’avais envie de revêtir ma veste léopard (faux fur of course) de la sublime boutique Space Vintage (Marseille). Histoire de me sentir en connexion avec le lieu. C’est marrant d’ailleurs ce besoin constant d’associer ses fringues au lieu qu’on va visiter. Je ne peux pas m’en empêcher. Lorsque je suis allée voir la comédie musicale La Famille Addams, il fallait que je revête la robe de Mercredi… C’est une habitude, un truc qui m’éclate, et une façon de me sentir réellement connectée au lieu ou à l’évènement.

Me balader en léopard et en docs au milieu de cet incroyable cimetière de créatures magiques m’a fait sourire. Il y avait ce décalage profond et ce lien ténu entre instinct de vie, rugissement, clairon de sa présence et de sa vigueur face à cette mort figée, magnifiée, passée au crible et à la loupe. Même si les musées sont l’oeuvre des hommes, c’est important d’imaginer toute cette faune, cette flore vivantes et bouillonnantes. L’instinct de vie et de survie à son apogée, l’animal est bien plus vivant, vif et vigoureux que la plupart des humains englués dans une routine, absorbés et contenus dans des codes sociétaux. Lire la suite de « Museum d’histoire naturelle : GO WILD OR GO HOME ! Retour à la Femme Sauvage »

Histoire du corps

En voici un bien étrange titre. J’espère qu’il aura su éveiller votre curiosité. Tout corps, de même que tout objet, tout bâtiment, toute entité vivante ou inanimée possède une histoire. Aujourd’hui, j’aimerais me positionner du point de vue de mon corps pour le ton de cet article. Mon cerveau prend toujours le dessus, mais c’est au nom de l’ensemble de mon corps que je souhaiterais parler.

Titre de l’histoire de mon corps :

Le moins d’efforts possible et l’élégance rafistolée : histoire d’une rencontre. 

Fin 1987

Quelques jours avant Noël, une famille s’impatiente et a très envie de rentrer fêter Noël à la maison. Deux garçons jouent dans les couloirs d’une clinique avec des voitures télécommandées. Pourvu que le paquet soit délivré aujourd’hui, on en peut plus d’attendre!

Le paquet est délivré en fin d’après-midi. Ouf! La chose encore un peu informe a les Lire la suite de « Histoire du corps »

Travailler son style écrit à l’heure d’instagram : vain et obsolète?

Quand je compulse les différents blogs et comptes instagram issus des « niches » auxquelles je pourrais appartenir (mode, photo, voyage, lifestyle, art, mais essentiellement mode) j’essaie de ne pas devenir une vieille conne.

De nouvelles générations, de nouvelles compétences

Je passe outre les fautes d’orthographe, d’accord, de conjugaison, de syntaxe, le vocabulaire aussi laconique que la subtilité de Trump, et je m’interroge.
Je ne veux pas finir prof de français cacochyme et aigrie, à ne me plaindre que des fautes d’orthographe et de comment le niveau ne cesse de baisser. C’est vrai, le niveau baisse, mais il augmente considérablement en parallèle aussi. Les générations actuelles ont développé de bien meilleures compétences communicationnelles, informatiques et en langues étrangères. Ils sont de bien meilleurs commerciaux, ils savent mieux valoriser leur travail et leur image. Les compétences ont été transférées dans d’autres domaines. Lire la suite de « Travailler son style écrit à l’heure d’instagram : vain et obsolète? »

De la nécessité de nourrir notre anti-héros intérieur

Nous traversons nos vies, souvent avec calme et modération, quiétude et raison. Ces longues plages de placidité sont de temps à autres entrecoupées d’épisodes de perdition, de sédition et autres petits péchés aux accents judéo-chrétiens que l’on se fait un plaisir de commettre. Il y a dans ces petits péchés (décennaux à tout casser) d’infimes plaisirs salvateurs, des palpations nécessaires de son pouls une fois par décade : toujours là, bien vivant.

2

Mais la majorité de sa vie, nous la passons dans la peur de ne pas faire ce que nous sommes supposés faire, ne pas être ce que nous devrions être, et prendre les mauvais chemins pour mieux attendre une providentielle bifurcation.

Si l’on plaquait une loupe sur ces plages de placidité, l’on pourrait observer avec une parfaite acuité de longues et rébarbatives semaines alimentées par Lire la suite de « De la nécessité de nourrir notre anti-héros intérieur »

Alternative School Girl : « I’m from the Ivy League »

Ici commence ma série de shootings en hommage à la ville qui m’a accueillie ces 5 dernières années. Mise à part ma ville de naissance, je ne suis jamais restée aussi longtemps où que ce soit. J’avais constamment une aventure à aller poursuivre ailleurs. J’ai toujours été une fervente citadine, toujours à vagabonder de jour comme de nuit, à m’enfoncer dans les caves, les bars et à rechercher l’insolite et l’inédit, souvent né de la friction avec l’inconnu, l’étrange et l’inhabituel. Lire la suite de « Alternative School Girl : « I’m from the Ivy League » »

Au croisement des éléments

A l’occasion des vacances s’approchant à grand pas et par grand besoin de décompresser pour certains, nous sommes partis une journée à Noirmoutier entre amis. Au-delà de la torride torpeur qui nous fit explorer avec d’autant plus d’ardeur la fraîche vasteté océanique pour ne faire qu’un avec TOUS les éléments, nous avons pu vadrouiller comme des touristos et expérimenter la marée montante. Un paysage et des sensations uniques (bien que moins épiques que ce que l’on peut se représenter puisque nous ne nous sommes pas frottés à la possibilité de se laisser emporter comme des méduses échouées). Lire la suite de « Au croisement des éléments »