Au croisement des éléments

A l’occasion des vacances s’approchant à grand pas et par grand besoin de décompresser pour certains, nous sommes partis une journée à Noirmoutier entre amis. Au-delà de la torride torpeur qui nous fit explorer avec d’autant plus d’ardeur la fraîche vasteté océanique pour ne faire qu’un avec TOUS les éléments, nous avons pu vadrouiller comme des touristos et expérimenter la marée montante. Un paysage et des sensations uniques (bien que moins épiques que ce que l’on peut se représenter puisque nous ne nous sommes pas frottés à la possibilité de se laisser emporter comme des méduses échouées).

Le blog a fêté il y a peu son premier anniversaire (such a baby), et c’est sans préméditation aucune que la boucle a été bouclée : je porte aujourd’hui la même tenue que lors des premiers shootings réalisés avec Jim à Perpignan. La synchronicité est au rendez-vous pour ceux qui la cherchent!

P1020951

Il s’agit ici de la robe foulard de chez Asos, toute en légèreté et en sophistication aux accents 70s. Coiffée d’une capeline noire, tartinée de crème indice 70, et me promenant avec mon immense parapluie, mes amis m’appellent « la Japonaise » ou « Claire-Mary Poppins »!! La diaphanéité est à la fois une bénédiction et une malédiction. Venant d’une contrée chaude et méditerranéenne, c’est un pur comble de craindre autant le soleil, mais il en a toujours été ainsi, et je ne tiens pas à partir en lambeaux dés les premiers jours d’été. Ceci dit, j’aime cultiver ma pâleur aussi, et sais que cela prendrait bien trop de temps pour moi de choper ce petit hâle doré qui sied si bien aux blonds ou aux yeux clairs. Alors je préfère rester sur des valeurs sûres! Pale & Proud!

P1020981P1020983P1020985P1020982P1030001

Pour ces photos, nous nous sommes aventurés là où la marée monte ostensiblement (jusqu’au niveau de ma tête) en prenant des airs de déesse du vent : Eole au féminin (Aura par exemple, la déesse de la brise). Il y a autre chose qui me fascine dans ce paysage :  c’est la verticalité de cette échelle qui pourrait évoquer le pole dance de la mer!

Face à la légèreté de la brise, l’aspect vaporeux du tissu qui flotte dans les airs et la chaleur intense du soleil qui darde ses rayons, j’ai eu envie de revenir sur les éléments naturels dont nous nous sentons les plus proches. Le feu et l’air sont deux éléments qui m’ont toujours portée. Le feu pour l’énergie, la flamme de la connaissance et de l’enthousiasme. L’air pour le désir d’expansion, la communication, la curiosité et l’attrait pour l’intellect et l’art. Le feu aussi pour le tempérament sanguin, colérique, impatient, trop intense, peu discret, sans compromis. L’air aussi pour la haute tendance à la dispersion, à la difficulté de finir les choses, au désir de rester à la surface et de simplement goûter à tout.

A l’orée de cette période estivale qui se profile mouvementée, je réserve quelques journées pour des shootings dans des lieux graphiques, sculpturaux et épiques. Je brainstorme actuellement sur les symboliques des endroits sélectionnés, les images qu’ils m’évoquent, et je réfléchis aux tenues les plus adéquates pour véhiculer au mieux les idées et les visions qui me traversent. Je me rends compte que la dimension poétique, psychanalytique et mystique est souvent présente, même si elle ne se perçoit parfois qu’en toile de fond. Tout ce que je fais aujourd’hui semble tendre vers l’équation parfaite de tout ce que j’ai appris et aimé les 25 premières années de ma vie. Depuis quelques temps, je brainstorme, mets en forme et accouche des concepts qui m’ont portée jusqu’ici. Autrefois ma faim pour le mystique était vive et dévorante. Depuis 5 ans, elle s’est comme amenuisée, je pense en partie car la mise en action des rêves et des concepts s’est inéluctablement produite au moment fatidique du passage à la vie active. Mais ces aspirations passées refont surface comme la marée ne cesse de regagner la rive : notre passé, depuis les premiers âges, est une source incommensurable d’inspiration qui forge les adultes que nous sommes. Même en panne d’inspiration, on peut toujours compter sur ce trésor inestimable qu’est l’enfance pour y trouver des pépites à exploiter, à développer, à magnifier. On grandit en pensant que les mondes ne se rencontrent jamais, que si l’on est scientifique, on ne sera jamais littéraire et vice-versa. On grandit en pensant que l’on ne peut être mystique et rationnel, poète et manuel, sensible et abrupt. Pourtant, ces univers se rejoignent en tout point et ne devraient jamais être séparés. La mise en mots initie implacablement la séparation des intentions et des émotions. La verbalisation est une étape qui prononce la fin de l’égocentrisme, du moi-noyau de la terre. Elle est vitale. Mais il est nécessaire que chacun s’évertue à reconquérir ce sentiment d’unité entre les choses et les idées, et cela passe souvent (me semble-t-il) par cette période de premier bilan de vie que font les hommes et femmes à l’approche de la trentaine. Où veux-je vivre? Quel style de vie me correspond le mieux? Est-ce que je veux fonder une famille ou continuer à explorer? Se poser ou être nomade dans sa tête? Quelles personnes m’influencent positivement? Quelles personnes doivent dégager? La trentaine est cash. La vingtaine est placée sous le signe de la découverte, de la recherche personnelle. Mais la trentaine c’est le premier vrai couperet qui tombe. C’est aussi la confiance gagnée avec les foirades cumulées de la vingtaine. Les premières « grandes » leçons de vie tirées. A 20 ans on croit, à 30 ans on sait. (On pense savoir!) En tout cas, à 30 ans, on ouvre sa gueule, on trace son territoire. Le premier voile des illusions a été levé. Les rides commencent à apparaître, à se creuser, mais on se sent délesté. Délesté du regard d’autrui, de son jugement, on n’y accorde presque plus d’importance. Notre flèche de feu se réveille, et on la pointe dans la direction souhaitée. Ce n’est plus de l’ordre catégorique et naïf de « je veux être écrivain, je veux être docteur ». L’identité n’est pas préalable à la construction, elle s’acquiert graduellement. A 30 ans on se demande davantage de quoi on a envie : « la mer? trois gosses? la campagne? un gosse? la ville? l’ovarectomie? » et on compose sur le tas, sachant que ce sont nos envies si particulières, si précises, qui vont faire de nos vies des vies uniques et originales.

Photos
Shems & Cassandra

Pink Zebra

I want that red velvet
I want that sugar sweet 

Aujourd’hui c’est un look pop et pétillant que j’arbore. J’ai voulu mixer deux teintes proches : du rose et du rouge en essayant de ne pas trop me la jouer binaire non plus (accessoires dorés, cuivrés et bleus). J’ai ressuscité une vieille robe achetée il y a de nombreuses années à H&M sur laquelle j’avais totalement craquée pour sa couleur et son motif original. J’ai de même chaussé mes escarpins rouges chéris avec lesquels je peux marcher plusieurs kilomètres dans la ville! (je me la pète carrément et je m’en ballek)

 

J’adore jouer aux archéologues avec mes placards abyssaux, je sais que je trouverai toujours des perles que je n’avais pas su utiliser autrefois, et que je vais pouvoir remixer avec de nouveaux accessoires. C’est une vraie passion, un jeu d’invention sans cesse renouvelé, un collage surréaliste. Je ne connais pas d’art plus complet que la mode si ce n’est peut-être le design d’espace qui puisse convoquer autant de fonctions, de sens, de symbolique et de jeu. J’ai toujours voulu garder la mode comme un bien précieux, quelque chose de sacré auquel je ne toucherais que lorsque je serais prête à assumer tout ce que ça implique et tout ce que ça peut déclencher aussi chez autrui. C’est une putain de formule magique. Pendant longtemps, je me suis tenue à l’écart de cet univers, préférant creuser dans les arts les plus cryptiques en premier, et graduellement je savais qu’en grandissant, l’image (et l’image de moi-même) allait évoluer, et que je pourrais y revenir quand le croisement volontaire de tous les arts que j’avais étudiés serait assez approfondi, mûri. Aimer profondément les affaires de style et l’histoire de la mode ainsi que son impact social et psychologique, c’est nécessairement aimer la peinture, le cinéma, la littérature, l’histoire, la politique, la psychologie, la psychanalyse, la philosophie, le design, le graphisme, la poésie, la magie, et même… la sorcellerie. C’est toutes ces choses que la mode contient en elle, et qu’elle a le pouvoir d’engendrer.

 

Ah! L’explosion de l’efflorence estivale!

1020798

Pour en revenir aux accessoires, car après tout, “le superflu, [cette] chose si nécessaire”, m’est absolument vital pour raconter mes histoires, les bijoux sont comme la ponctuation qui découpe ce récit que je déploie sous vos yeux, le pare, le structure, l’appuie et le met en valeur, ou parfois brille par sa seule présence. Je porte ici des bracelets en bois peints ; je les trouve totalement canon, à l’image des reflets changeants de la grande bleue. Il fallait casser ce rose et ce rouge très présents et briser le récit tout doucereux qui s’installait là. L’association du rouge et du bleu est fatale en terme de contraste dynamique.
10207821020781Un peu de douceur avec ce sac fourre-tout rose doré. 1020819

Quand je mets ces chaussures, j’imagine que cette chanson m’accompagne partout, c’est la musique des talons hauts et des réactions qu’ils suscitent!

Tenue

Robe, H&M
Sandales, Mango -> chaussures proches du modèle : Steve Madden
Ceinture, Amazon
Sac, H&M
Collier, Romwe
Bracelets, petite boutique de bijoux à Collioure
Bague, Newlook
Rouge à lèvres, L’Oréal

Toujours Toi !

Le look d’aujourd’hui est composé d’un camaïeu de gris et de bleu assorti d’une pointe de fantaisie. Deux pièces fortes se retrouvent côte à côté : jupe noire à sequins verts et bleus et tee-shirt graphique/spatial/tigre, adoucis par le gros gilet gris. En bas : collants noirs et bottines noires cloutées.

P1020495

P1020496

P1020503

Je mets rarement du vernis clair, mais ce bleu lavande m’évoque un printemps pluvieux, et je l’adore. Niveau bijoux, on reste dans les tons gris / bleu : bracelet argenté de Chloé, bague double perle, cabochon lapis-lazuli, grosse bague aigle et collier bleu irisé.

P1020506

P1020540

La manucure est simple : base top coat, vernis bleu lavande, soin durcisseur. Une fois par semaine, oindre les ongles d’huile de ricin permet de foritifier les ongles de manière naturelle.

P1020542

Tenue au complet

Tee-shirt, H&M
Jupe à sequins H&M (2 ans), trouvable ici aussi 
Gilet H&M

Collier H&M
Bracelet Dailyaboutclo
Bagues diverses

Vernis bleu lavande Kiko
Soin fortifiant à l’huile de ricin de chez Monde Bio

Look Loïs Lane

Avec les caprices du mois d’avril viennent les joies vestimentaires! J’ai retrouvé ce trench coat dans mon armoire d’enfance : je l’avais acquis quand j’étais en licence il y a trèèès longtemps, et ne l’avais jamais ramené ici où j’ai 99% de mes accoutrements de l’année. Quelle belle surprise que de tomber dessus à nouveau! Il n’a pas pris une ride, et sa couleur me permet de porter cette robe près du corps que je ne porte plus très souvent d’ailleurs non plus, assortie d’une ceinture-bijou pour bien marquer la taille (mon obsession!). Le drapé du haut contrastant avec l’aspect moulant du bas donne un côté très élégant à l’ensemble, et le trench vient apporter la touche de « urban class »!

P1020049

Des épaulettes structurantes

Ce que j’adore dans les trench, les blazer ou les perfecto c’est le fait qu’ils structurent si bien les épaules et étoffent la carrure lorsqu’elle en a besoin, surtout lorsque les hanches sont voluptueuses!


Des escarpins précieux pour la note d’originalité

Ces petits escarpins, ça faisait très longtemps que je les convoitais (avec quasiment autant d’ardeur religieuse que pour les Louboutin) ! Couverts de feutre bleue, ils sont surmontés d’une superbe broche de cristaux d’un bleu roi très profond. Le talon et la semelle arborent des tons or rosé / cuivré qui confèrent à cette paire d’escarpins élégance et originalité. Je ressens les influences renaissance dans cette paire de souliers, les influences plus modernes à la Blahnik, avec cette petite broche brillante qui apporte le raffinement et la préciosité. Je ne pouvais pas rêver mieux!
Manolo Blahnik:  Manolo Blahnik

Le powersuit du XXIème siècle

J’ai vraiment l’impression que le combo robe moulante + trench est devenu le nouveau powersuit, suite à l’acmé du tailleur pour femme dans les 80s. On retrouve la structuration au niveau des épaules, le côté urbain chic et habillé propre au tailleur, mais dans une version beaucoup plus féminisée. Un ami m’a dit qu’il y avait un côté trés Loïs Lane dans cette tenue, je conserve l’idée de la reporter effrontée, téméraire mais féminine pour compléter l’aura de ce look!

P1020043

Tenue

Robe, H&M
Trench coat, Jennyfer
Ceinture, Amazon
Escarpins, Ted Baker

How to be a Party Girl in the 1920s

1927.
La fête bat son plein, tous les invités sont dans le living-room en train de danser, de rire et d’échanger des regards plein d’étincelles. Le champagne coule à flot et le gramophone hurle « Let’s misbehave » de Cole Porter. Le manoir d’en face n’attend que moi! Du pêche sur les paupières et sur les joues, des lèvres grenat, un trait d’eyeliner, un turban pour domestiquer les cheveux en bataille (il est 18h du matin, je me réveille tout juste, je suis un oiseau de nuit!). Des talons vernis, du rouge sur les ongles, j’ai presque fini… Ah oui, ma robe! Je me pare de quelques étoffes veloutées légèrement osées (OMG on ne voit que mes jambes!) et saisis la bouteille d’un sirupeux alcool italien aromatisé à la rose… J’arrive!

DSC_1394DSC_1405DSC_1408

DSC_1417DSC_1426DSC_1444

There’s something wild about you child
That’s so contagious
Let’s be outrageous–let’s misbehave!!!

DSC_1454DSC_1459

DSC_1462    DSC_1465

DSC_1485

DSC_1478

Tenue
Robe en velours vert Boohoo (le modèle est ici en noir et ici en vert émeraude, version longue)
Boa en fausse fourrure Ebay
Kimono fleuri H&M dans le même style
Escarpins Glitterati
Turban acheté à un particulier
Collants couture Calzedonia
Bracelet/Bagues Newlook & Claire’s

Bouteille de moscato à la rose « Al Vino dell’ Amore » (excellent!)

Photos
Pierre

Printemps timide

En ce début printannier tout à fait timoré, je porte une tenue qui fait idéalement la jonction entre les saisons. D’un point de vue chromatique, petit clin d’oeil à la grisaille hivernale et à l’efflorescence du mois de Mars!

Lire la suite de « Printemps timide »

Red velvet

YAY un nouvel ootd! Avant de commencer la lecture détaillée des vêtements et accessoires, il faut évoquer la pièce-maîtresse, la source, le moteur du look!
Le point de départ de cette tenue c’était les bottines en velours bordeaux (une vraie obsession).

dsc_0252
dsc_0285dsc_0335

A partir de là, on construit le look en remontant. J’avais envie d’une vague impression de continuité au niveau de la jambe, quelque chose d’un peu couture, et le seul élément que j’avais dans les tons bordeaux, c’était ces collants qu’on m’a donnés il y a des années de ça! Ca peut paraître étrange, mais ça fonctionne! Et puis, j’aime assez le mix de motifs, entre les losanges en bas et les pois en haut, let’s go! Lire la suite de « Red velvet »

Roman Photo Film Noir

Pour ce shooting un peu spécial avec Pierre, je crois que je n’ai pas envie d’analyser ou d’évoquer les références qui nous animaient, tant nous avons adoré nous prendre au jeu et que l’ambiance alors recréée dans ce petit roman photo fut enivrante et mystérieuse. J’espère que vous apprécierez notre travail et en particulier celui de Pierre qui a totalement assuré ! ❤

1_3 Lire la suite de « Roman Photo Film Noir »

Like in a fairy tale

En ce moment, les températures négatives font tomber tout le monde malade, nous confinant dans nos chaumières avec nos états grippaux. Ne m’approchez pas! J’en profite pour arpenter les rues désertes et faire quelques photos dans ces paysages féeriques et éphémères!

J’aime la coupe 50s de ce long manteau allié au design vintage de la pochette recouverte de dentelles noires. Je crois que l’esthétique des 50s m’a toujours fascinée. Les coupes flatteuses, l’aura mystérieuse, un peu dramatique Lire la suite de « Like in a fairy tale »

Nude tones

Aujourd’hui, je travaille sur trois couleurs principales pour le look : noir, aubergine et nude mais c’est vraiment sur le haut que je souhaite attirer l’attention car les bijoux dans leurs teintes opale, or rose, ou translucide s’accordent bien avec les tons nudes que j’ai adoptés pour le haut à dentelles.

J’adore le fini de ce top que je trouve absolument divin. Délicatement ajouré, il est absolument transparent et révélant… Il est essentiel de porter du nude en-dessous pour ne pas gâcher la vue de la dentelle! Lire la suite de « Nude tones »