Alternative School Girl : « I’m from the Ivy League »

Ici commence ma série de shootings en hommage à la ville qui m’a accueillie ces 5 dernières années. Mise à part ma ville de naissance, je ne suis jamais restée aussi longtemps où que ce soit. J’avais constamment une aventure à aller poursuivre ailleurs. J’ai toujours été une fervente citadine, toujours à vagabonder de jour comme de nuit, à m’enfoncer dans les caves, les bars et à rechercher l’insolite et l’inédit, souvent né de la friction avec l’inconnu, l’étrange et l’inhabituel. Ces rencontres ont fatalement été réduites en m’installant dans une petite ville en zone rurale, mais à ma grande surprise, elles ont aussi été plus solides et qualitatives. Alors aujourd’hui commence le début d’une petite série de shootings à la fois ootd et à la fois plus symboliques qui ont pour trait commun de tous prendre racine dans ma petite ville de campagne qui a été source de multiples rencontres et d’enseignements enrichissants.

Cette fois, j’avais envie de rendre hommage à une de mes maisons préférées, une sorte de grande longère aux volets rouges délavés et au lierre grimpant. L’endroit parfait pour m’inventer une histoire d’étudiante échappée de la Ivy League!

DSC_1443DSC_1441DSC_1440

L’alternative school girl est un mix entre Gossip Girl et Clueless qui rencontrent la star punk d’instagram Luanna. Un style preppy mâtiné de hardrock. Quand un étudiant de Harvard la journée joue aux Drag Queens le soir!

    

L’intérêt majeur de la mode est de pouvoir devenir absolument qui on veut. De faire de sa réalité interne une réalité externe qui devient alors visible aux yeux de tous. Une façon enfantine et séduisante de se faire croire tous les plus jolis mensonges en les faisant croire d’abord à autrui. Un talent de prestidigitateur!

DSC_1450DSC_1456DSC_1465

« Il y a là pour les philosophes eux-mêmes un vertige qui est le vertige de la dialectique. Parce que l’être est l’opposé de l’apparence, mais aussi n’est pas autre chose que l’apparence, une certaine modalité de l’apparence. C’est donc cette fragilité intrinsèque à l’être qui justifie l’invention d’un terme qui réunit l’être et l’apparence, le terme de semblant»
Miller

Lorsque quelqu’un m’octroie, séance tenante à la vue de quelques billets ootd, le qualificatif de « superficiel(le) », dans mon courroux justifié se loge aussi une forme de satisfaction. Pourquoi s’évertuer à tout scinder en terme de profond et superficiel, essentiel et superflu, quand les deux univers ne cessent de converger, et disent de l’un comme de l’autre, tout ce qu’il y a à savoir? Face à ce voile de constructions imaginaires qu’est l’apparence et la mode réside une interrogation : serez-vous prêts à le décrypter? Si le plaisir n’est pas au rendez-vous, autant passer votre chemin! Grand bien vous en fasse! La mode est avant tout une affaire de sémiotique. Et en chaque « spectateur » sommeille un sémioticien. Encore suffit-il d’avoir le désir de le réveiller. Quoiqu’il en soit, au mot « superflu », j’y apposerai implacablement et invariablement l’adjectif « essentiel ».

En guise de conclusion, un superbe résumé des raisons pour lesquelles lorsqu’on s’intéresse à la mode et au costume, plusieurs mondes s’ouvrent à nous, et notre personnalité, dans ce qu’elle a de plus enfantin, ludique et imaginatif, va pouvoir s’épanouir au plus haut point, de toutes les manières les plus créatives et profondes possibles.

« […] on retrouve ici la fonction rassérénante de tout système sémantique ; en nommant le jeu vestimentaire (jouer à la jardinière, un faux air scout), la Mode l’exorcise ; le jeu du vêtement n’est plus le jeu de l’être, la question angoissante de l’univers tragique : il est simplement clavier de signes, parmi lesquels une personne éternelle choisit l’amusement d’un jour ; c’est le dernier luxe d’une personnalité assez riche pour se multiplier, assez stable pour ne jamais se perdre ; ainsi voit-on la Mode « jouer » avec le thème plus grave de la conscience humaine (Qui suis-je ?) »
Barthes

DSC_1434DSC_1422

Lieu
Bressuire

Tenue
Pull volanté, H&M
Jupe en similicuir, Boohoo
Chaussures compensées, H&M
Bas en résille, Calzedonia
Boucle d’oreille Chauve-souris, A mon seul désir
Sac à dos fleuri, petite boutique à Saint Gilles Croix de Vie
Bagues, Claire’s & bague fait main
Croix, H&M

Photos
Pierre

Pink Zebra

I want that red velvet
I want that sugar sweet 

Aujourd’hui c’est un look pop et pétillant que j’arbore. J’ai voulu mixer deux teintes proches : du rose et du rouge en essayant de ne pas trop me la jouer binaire non plus (accessoires dorés, cuivrés et bleus). J’ai ressuscité une vieille robe achetée il y a de nombreuses années à H&M sur laquelle j’avais totalement craquée pour sa couleur et son motif original. J’ai de même chaussé mes escarpins rouges chéris avec lesquels je peux marcher plusieurs kilomètres dans la ville! (je me la pète carrément et je m’en ballek)

 

J’adore jouer aux archéologues avec mes placards abyssaux, je sais que je trouverai toujours des perles que je n’avais pas su utiliser autrefois, et que je vais pouvoir remixer avec de nouveaux accessoires. C’est une vraie passion, un jeu d’invention sans cesse renouvelé, un collage surréaliste. Je ne connais pas d’art plus complet que la mode si ce n’est peut-être le design d’espace qui puisse convoquer autant de fonctions, de sens, de symbolique et de jeu. J’ai toujours voulu garder la mode comme un bien précieux, quelque chose de sacré auquel je ne toucherais que lorsque je serais prête à assumer tout ce que ça implique et tout ce que ça peut déclencher aussi chez autrui. C’est une putain de formule magique. Pendant longtemps, je me suis tenue à l’écart de cet univers, préférant creuser dans les arts les plus cryptiques en premier, et graduellement je savais qu’en grandissant, l’image (et l’image de moi-même) allait évoluer, et que je pourrais y revenir quand le croisement volontaire de tous les arts que j’avais étudiés serait assez approfondi, mûri. Aimer profondément les affaires de style et l’histoire de la mode ainsi que son impact social et psychologique, c’est nécessairement aimer la peinture, le cinéma, la littérature, l’histoire, la politique, la psychologie, la psychanalyse, la philosophie, le design, le graphisme, la poésie, la magie, et même… la sorcellerie. C’est toutes ces choses que la mode contient en elle, et qu’elle a le pouvoir d’engendrer.

 

Ah! L’explosion de l’efflorence estivale!

1020798

Pour en revenir aux accessoires, car après tout, “le superflu, [cette] chose si nécessaire”, m’est absolument vital pour raconter mes histoires, les bijoux sont comme la ponctuation qui découpe ce récit que je déploie sous vos yeux, le pare, le structure, l’appuie et le met en valeur, ou parfois brille par sa seule présence. Je porte ici des bracelets en bois peints ; je les trouve totalement canon, à l’image des reflets changeants de la grande bleue. Il fallait casser ce rose et ce rouge très présents et briser le récit tout doucereux qui s’installait là. L’association du rouge et du bleu est fatale en terme de contraste dynamique.
10207821020781Un peu de douceur avec ce sac fourre-tout rose doré. 1020819

Quand je mets ces chaussures, j’imagine que cette chanson m’accompagne partout, c’est la musique des talons hauts et des réactions qu’ils suscitent!

Tenue

Robe, H&M
Sandales, Mango -> chaussures proches du modèle : Steve Madden
Ceinture, Amazon
Sac, H&M
Collier, Romwe
Bracelets, petite boutique de bijoux à Collioure
Bague, Newlook
Rouge à lèvres, L’Oréal

La robe dans les étoiles

Pour moi, la robe étoilée correspond à deux catégories de filles : la fêtarde et la poétesse. La première fait de sa vie une série de mini explosions, de pétulances et de pétillements divers qu’elle porte sur elle : let there be light!

1000411

La deuxième cherche dans le défilement des astres (tel un fashion show improvisé et hasardeux) une réponse et un écho à ses questionnements. Sa came c’est le cosmos.

P1020568P1020569

Je suis à la croisée des deux catégories, et j’aime l’imprimé étoiles pour des tas d’autres raisons que j’explique plus ici (« L’avènement de l’imprimé étoilé).

Ce que j’aime dans cette robe : la fluidité et la transparence des manches qui confèrent un aspect doux et romantique à la robe ; les sequins étoilés qui  selon la distance et l’angle auquel on les observe, brillent ou resplendissent, jusqu’à une fois loin, ne se résumer plus qu’ à de petits points de lumière. J’apprécie de même la coupe flatteuse, l’aspect « lose » du bas que l’on peut faire voleter et ondoyer à loisir. C’est autant une robe du soir (accompagnée de jolis escarpins) qu’une robe de jour (avec des bottines  et un gilet par exemple). 

Le sac doré et son design épuré permet de finir la tenue. Enfin, la déclinaison or se poursuit même jusque dans le choix du parfum. Moi qui suis accro aux parfums boisés et orientaux, assez masculins (à l’instar de ceux là), j’aime ce superbe EROS de Versace, beaucoup plus citronné, floral, et qui conserve cependant une note boisée ; il est parfait pour le printemps et l’été.

P1020582

La fête est déjà terminée, mais on se retrouve très vite!
P1020564

1000428

Tenue 

Robe, French Connection (FCUK) : le haut fait d’un tissu similaire est trouvable chez Asos et pour shopper une robe dans le même esprit : Rosegal
Sac, Mango (dans le même esprit)
Parfum, Eros pour Femme de Versace

Inspiration


La Nuit Etoilée, Vincent Van Gogh

Cette oeuvre est souvent vue comme confirmatoire de l’état dépressif et suicidaire du peintre, mais je n’aime pas cette vision trop caricaturale à mon goût… peut-être était-ce le reflet d’une « psychologie perturbée » (cette expression inonde la toile et m’énerve), mais j’y vois quelque chose de beaucoup plus beau que cela : ce paysage nocturne était ce qu’il apercevait depuis l’asile dans lequel il séjournait dans le sud. Et cette vision avait quelque chose de transcendant. Soudain, on sent que le royaume de la nuit prend le dessus sur celui du jour, et le village endormi se retrouve baigné dans une lumière surnaturelle et cosmique. Les étoiles éclatent dans des formes de spirales enroulées sur elles-mêmes et projettent toute leur luminescence sur la petite ville. Le cyprès prend des formes totalement burlesques de flamme noire puissante et mystérieuse. Il crée un pont entre la terre et le ciel, et ce ciel se veut sublime. Pour moi, ce tableau c’est se confier aux mystères de la nuit, c’est désirer l’au-delà, désirer le sublime, et laisser son esprit galoper quand l’enfermement est notre lot.
Je pense que nous devrions à travers tous les aspects de nos vies, désirer le sublime autant que possible. La mode fait partie des moyens que nous avons à notre disposition pour élever notre âme, et quêter le symbolique et le poétique dans les moindres détails. A travers cette robe étoilée, je rends autant hommage à la magnificence de la nuit, qu’au désir d’embellir mon quotidien en l’enrichissant de poésie visuelle. Je crois sincèrement que le classicisme n’est pas toujours la réponse : il est tellement plus aisé et confortable de se conformer, mais le réel a cruellement besoin de notre imagination pour ne pas finir par s’effacer dans l’insignifiance et la répétitivité.

Toujours Toi !

Le look d’aujourd’hui est composé d’un camaïeu de gris et de bleu assorti d’une pointe de fantaisie. Deux pièces fortes se retrouvent côte à côté : jupe noire à sequins verts et bleus et tee-shirt graphique/spatial/tigre, adoucis par le gros gilet gris. En bas : collants noirs et bottines noires cloutées.

P1020495

P1020496

P1020503

Je mets rarement du vernis clair, mais ce bleu lavande m’évoque un printemps pluvieux, et je l’adore. Niveau bijoux, on reste dans les tons gris / bleu : bracelet argenté de Chloé, bague double perle, cabochon lapis-lazuli, grosse bague aigle et collier bleu irisé.

P1020506

P1020540

La manucure est simple : base top coat, vernis bleu lavande, soin durcisseur. Une fois par semaine, oindre les ongles d’huile de ricin permet de foritifier les ongles de manière naturelle.

P1020542

Tenue au complet

Tee-shirt, H&M
Jupe à sequins H&M (2 ans), trouvable ici aussi 
Gilet H&M

Collier H&M
Bracelet Dailyaboutclo
Bagues diverses

Vernis bleu lavande Kiko
Soin fortifiant à l’huile de ricin de chez Monde Bio

Minnie-Rock

Pour cette tenue de mi-saison, j’ai adopté la robe légère rouge à pois blancs du style Minnie, que j’ai décalée avec une petite veste en jean cloutée et délavée, des collants en résille noir ainsi que des bottines noires cloutées. Ces éléments apportent la touche rock à la robe et brisent son côté un peu pop.

P1020230

J’aime vraiment cette petite robe légère et efficace, bien coupée, pas chère, le genre d’intemporel qui fait du bien!

P1020235

P1020238

P1020243

28 MINNIE 1

Tenue
Robe, H&M
Veste, Pimkie (old)
Bottines, Can’t remember!!! (too old)
Collants, Calzedonia
Collier, H&M

Flatlay Printannier

Voici une invocation au Printemps! Du vert, de l’efflorescence, de la dentelle, et du matou. Tous les éléments sont là pour faire venir le soleil!

Même si la couleur globale tire vers le vert amande, tous les verts sont beaux et évoquent les élans printanniers que nous ressentons actuellement. On passe du vert pomme, au vert métallisé tirant sur le bleu en naviguant jusqu’au turquoise.

Pour les bijoux, il y a tout d’abord Artisans du Monde, foyer du commerce équitable, chez qui j’ai trouvé ce superbe bangle feuillagé, et mon amie Chloé qui a réalisé ces très belles boucles d’oreilles. Chloé est bloggeuse et créatrice de bijoux graphiques parés de pierres semi-précieuses gagnant sérieusement à être connus!

Enfin, il est impossible pour moi de faire un flatlay sans le chat qui squatte, donc elle restera sur les photos!

P1020013

P1020012

Flatlay
Sous-vêtements, Darjeeling
Sandales, Eram
Pochette, Maisons du Monde
Boucles d’oreilles, Dailyaboutclo
Bracelet, Artisans du Monde de Bressuire

Guest star
Artémis

Look Loïs Lane

Avec les caprices du mois d’avril viennent les joies vestimentaires! J’ai retrouvé ce trench coat dans mon armoire d’enfance : je l’avais acquis quand j’étais en licence il y a trèèès longtemps, et ne l’avais jamais ramené ici où j’ai 99% de mes accoutrements de l’année. Quelle belle surprise que de tomber dessus à nouveau! Il n’a pas pris une ride, et sa couleur me permet de porter cette robe près du corps que je ne porte plus très souvent d’ailleurs non plus, assortie d’une ceinture-bijou pour bien marquer la taille (mon obsession!). Le drapé du haut contrastant avec l’aspect moulant du bas donne un côté très élégant à l’ensemble, et le trench vient apporter la touche de « urban class »!

P1020049

Des épaulettes structurantes

Ce que j’adore dans les trench, les blazer ou les perfecto c’est le fait qu’ils structurent si bien les épaules et étoffent la carrure lorsqu’elle en a besoin, surtout lorsque les hanches sont voluptueuses!


Des escarpins précieux pour la note d’originalité

Ces petits escarpins, ça faisait très longtemps que je les convoitais (avec quasiment autant d’ardeur religieuse que pour les Louboutin) ! Couverts de feutre bleue, ils sont surmontés d’une superbe broche de cristaux d’un bleu roi très profond. Le talon et la semelle arborent des tons or rosé / cuivré qui confèrent à cette paire d’escarpins élégance et originalité. Je ressens les influences renaissance dans cette paire de souliers, les influences plus modernes à la Blahnik, avec cette petite broche brillante qui apporte le raffinement et la préciosité. Je ne pouvais pas rêver mieux!
Manolo Blahnik:  Manolo Blahnik

Le powersuit du XXIème siècle

J’ai vraiment l’impression que le combo robe moulante + trench est devenu le nouveau powersuit, suite à l’acmé du tailleur pour femme dans les 80s. On retrouve la structuration au niveau des épaules, le côté urbain chic et habillé propre au tailleur, mais dans une version beaucoup plus féminisée. Un ami m’a dit qu’il y avait un côté trés Loïs Lane dans cette tenue, je conserve l’idée de la reporter effrontée, téméraire mais féminine pour compléter l’aura de ce look!

P1020043

Tenue

Robe, H&M
Trench coat, Jennyfer
Ceinture, Amazon
Escarpins, Ted Baker

Printemps timide

En ce début printannier tout à fait timoré, je porte une tenue qui fait idéalement la jonction entre les saisons. D’un point de vue chromatique, petit clin d’oeil à la grisaille hivernale et à l’efflorescence du mois de Mars!

Lire la suite de « Printemps timide »

Poison Lady

« Entre une empoisonneuse et une mauvaise cuisinière il n’y a qu’une différence d’intention » (Desproges)

_1700884

Opprimée dans la sphère privée et la sphère publique / L’invention d’une arme typiquement féminine à la hauteur de la violence ressentie

Cela fait plusieurs années que je m’intéresse aux personnages féminins forts dans la littérature comme dans l’histoire. En réalité, je m’y étais toujours intéressée, mais la conscientisation d’un tel attrait s’est faite sur le tard, quand j’ai entamé l’écriture de mon mémoire de master 2 à 22 ans. Je me suis penchée sur une écrivaine anglaise qui me fascine de par son oeuvre protéiforme et si dense : Angela Carter. S’en est donc suivie une kyrielle de coups de coeur et de coups de colère face à mes lectures et mes rencontres. Au fur et à mesure se dessine mon idéal de femme, celui vers lequel j’aimerais tendre. Mais cet idéal est régulièrement en proie à des questionnements et re-définitions perpétuelles : entre débats féministes, questions du genre, désir de conquête et capitalisme. La sphère publique et la sphère privée sont de toutes manières intrinsèquement liées. Et une réflexion propre à un domaine ne se fait pas sans l’autre. Il y a étroite corrélation quoiqu’on en dise ou pense. Et il est un royaume qui m’a toujours intriguée : celui de la violence, et plus particulièrement pour les besoins du sujet aussi, celui de la femme violente. Créatures incomprises, d’un côté admirées, de l’autre rejetées, elles ne laissent personne indifférent. On s’interroge sur leurs motifs, leurs actes et leurs moyens. Elles me fascinent dans le sens où pour moi, elles sont le reflet d’une société extrêmement violente à leur égard. Elles renvoient en pleine face toute la véhémence et la condescendance voire la violence de l’indifférence qu’on a pu leur témoigner.

Il existe une pluralité de violences féminines : violence meurtrière, coup de folie, violence quotidienne, sadisme des vieilles institutrices des années 50, violence de la frustration et des rêves avortés, violence verbale, physique, psychologique…

Celle qui m’intéresse aujourd’hui c’est la violence cachée, la violence qu’on distille tous les jours comme un venin, qui s’insinue dans le foyer telle une vipère dans un berceau… la violence secrète qui fourmille d’un millier de raisons vengeresses… Je veux parler des empoisonneuses. Lire la suite de « Poison Lady »

Red velvet

YAY un nouvel ootd! Avant de commencer la lecture détaillée des vêtements et accessoires, il faut évoquer la pièce-maîtresse, la source, le moteur du look!
Le point de départ de cette tenue c’était les bottines en velours bordeaux (une vraie obsession).

dsc_0252
dsc_0285dsc_0335

A partir de là, on construit le look en remontant. J’avais envie d’une vague impression de continuité au niveau de la jambe, quelque chose d’un peu couture, et le seul élément que j’avais dans les tons bordeaux, c’était ces collants qu’on m’a donnés il y a des années de ça! Ca peut paraître étrange, mais ça fonctionne! Et puis, j’aime assez le mix de motifs, entre les losanges en bas et les pois en haut, let’s go! Lire la suite de « Red velvet »