Angelina, rue de Rivoli

Il est rare pour moi de faire des articles « découverte », mais je sens que cette année sera placée sous le signe de l’exploration parisienne et de ses méandres. Il est bien probable qu’en plus des articles de fond, je vagabonde de manière plus distraite de lumière en lumière pour ramener ici quelques perles.

La première perle est un salon de thé situé rue de Rivoli appelé « Angelina ». Sa décoration soignée de style belle époque nous ramène au début du XXème siècle, où j’imagine de fins esthètes lettrés y élire domicile le temps d’un thé pour s’adonner à leur rituel hebdomadaire. Les murs sont ornés de fresques, de moulures, de dorures et de colonnes corinthiennes mêlant l’art nouveau au classicisme. Majestueux et sublime, ce bâtiment peut s’enorgueillir d’une situation géographique idéale : depuis l’étage, la vue donne sur le jardin des tuileries.
angelina1

angelina2barchitectureangelina2brochers

N’avez-vous pas envie de vous prélasser là au milieu du faste et de luxe?

angelina2betage2bsceneangelina2betage

J’ai adoré la présentation des pâtisseries dans l’élégant service en porcelaine délicatement posé sur la surface marmoréenne. Seul hic : je ne suis pas très « sucré », et j’ai trouvé les gâteaux légèrement trop sucrés, bien que la texture et la croustillance étaient à mon goût parfaits!

angelina2bbianca2bgateauangelina2bmillefeuille

Même les toilettes étaient sublimes! Des dorures et d’immenses miroirs partout! Bathroom goals, right?
Natacha et moi n’avons pas pu résister à une séance improvisée, faisant fi de la présence de deux ravissantes poubelles sur les clichés (je vous avais dit, tout y est beau!)

angelina2btoilets2bself2bportraitangelina2brobinetangelina2btoilets1

A cette occasion, je porte une robe rouge/vermillon de chez H&M d’il y a quelques années, légère et froufroutée, qui apporte tout de suite un xfactor à l’ensemble de la tenue tant la couleur chatoyante éblouit, et tant les froufrous froufroutent!

escalier2

C’est superbe, mais il faut compter environ 15€ le goûter entre la boisson et la petite pâtisserie.

rivoli2bnatacharivoli2bclaire

Se promener rue de Rivoli, c’est aussi l’occasion d’aller déambuler dans le jardin des tuileries, et de se délecter d’une vue alliciante, surtout à l’approche du crépuscule teintant le ciel de touches pourpres, incandescentes et or. Enfin, lorsque l’astre de la nuit fait son apparition dans ce formidable tableau, la tour Eiffel prend alors feu, tout comme le reste de la ville, irradiée par les illuminations nocturnales.

Ca peut paraître cliché, mais c’est sincèrement beau et magique!

natacha2bpontP1030840P1030859

Tenue

Robe, H&M
Sandales, Newlook
Sac, Mango

Publicités

Alternative School Girl : « I’m from the Ivy League »

Ici commence ma série de shootings en hommage à la ville qui m’a accueillie ces 5 dernières années. Mise à part ma ville de naissance, je ne suis jamais restée aussi longtemps où que ce soit. J’avais constamment une aventure à aller poursuivre ailleurs. J’ai toujours été une fervente citadine, toujours à vagabonder de jour comme de nuit, à m’enfoncer dans les caves, les bars et à rechercher l’insolite et l’inédit, souvent né de la friction avec l’inconnu, l’étrange et l’inhabituel. Lire la suite de « Alternative School Girl : « I’m from the Ivy League » »

Pink Zebra

I want that red velvet
I want that sugar sweet 

Aujourd’hui c’est un look pop et pétillant que j’arbore. J’ai voulu mixer deux teintes proches : du rose et du rouge en essayant de ne pas trop me la jouer binaire non plus (accessoires dorés, cuivrés et bleus). J’ai ressuscité une vieille robe achetée il y a de nombreuses années à H&M sur laquelle j’avais totalement craquée pour sa couleur et son motif original. J’ai de même chaussé mes escarpins rouges chéris avec lesquels je peux marcher plusieurs kilomètres dans la ville! Lire la suite de « Pink Zebra »

La robe dans les étoiles

Pour moi, la robe étoilée correspond à deux catégories de filles : la fêtarde et la poétesse. La première fait de sa vie une série de mini explosions, de pétulances et de pétillements divers qu’elle porte sur elle : let there be light! Lire la suite de « La robe dans les étoiles »

Toujours Toi !

Le look d’aujourd’hui est composé d’un camaïeu de gris et de bleu assorti d’une pointe de fantaisie. Deux pièces fortes se retrouvent côte à côté : jupe noire à sequins verts et bleus et tee-shirt graphique/spatial/tigre, adoucis par le gros gilet gris. En bas : collants noirs et bottines noires cloutées. Lire la suite de « Toujours Toi ! »

Minnie-Rock

Pour cette tenue de mi-saison, j’ai adopté la robe légère rouge à pois blancs du style Minnie, que j’ai décalée avec une petite veste en jean cloutée et délavée, des collants en résille noir ainsi que des bottines noires cloutées. Ces éléments apportent la touche rock à la robe et brisent son côté un peu pop. Lire la suite de « Minnie-Rock »

Flatlay Printannier

Voici une invocation au Printemps! Du vert, de l’efflorescence, de la dentelle, et du matou. Tous les éléments sont là pour faire venir le soleil!

Même si la couleur globale tire vers le vert amande, tous les verts sont beaux et évoquent les élans printanniers que nous ressentons actuellement. On passe du vert pomme, au vert métallisé tirant sur le bleu en naviguant jusqu’au turquoise.

Pour les bijoux, il y a tout d’abord Artisans du Monde, foyer du commerce équitable, chez qui j’ai trouvé ce superbe bangle feuillagé, et mon amie Chloé qui a réalisé ces très belles boucles d’oreilles. Chloé est bloggeuse et créatrice de bijoux graphiques parés de pierres semi-précieuses gagnant sérieusement à être connus! Lire la suite de « Flatlay Printannier »

Look Loïs Lane

Avec les caprices du mois d’avril viennent les joies vestimentaires! J’ai retrouvé ce trench coat dans mon armoire d’enfance : je l’avais acquis quand j’étais en licence il y a trèèès longtemps, et ne l’avais jamais ramené ici où j’ai 99% de mes accoutrements de l’année. Quelle belle surprise que de tomber dessus à nouveau! Il n’a pas pris une ride, et sa couleur me permet de porter cette robe près du corps que je ne porte plus très souvent d’ailleurs non plus, assortie d’une ceinture-bijou pour bien marquer la taille (mon obsession!). Le drapé du haut contrastant avec l’aspect moulant du bas donne un côté très élégant à l’ensemble, et le trench vient apporter la touche de « urban class »! Lire la suite de « Look Loïs Lane »

Printemps timide

En ce début printannier tout à fait timoré, je porte une tenue qui fait idéalement la jonction entre les saisons. D’un point de vue chromatique, petit clin d’oeil à la grisaille hivernale et à l’efflorescence du mois de Mars!

 

Lire la suite de « Printemps timide »

Poison Lady

« Entre une empoisonneuse et une mauvaise cuisinière il n’y a qu’une différence d’intention » (Desproges)

_1700884

Opprimée dans la sphère privée et la sphère publique / L’invention d’une arme typiquement féminine à la hauteur de la violence ressentie

Cela fait plusieurs années que je m’intéresse aux personnages féminins forts dans la littérature comme dans l’histoire. En réalité, je m’y étais toujours intéressée, mais la conscientisation d’un tel attrait s’est faite sur le tard, quand j’ai entamé l’écriture de mon mémoire de master 2 à 22 ans. Je me suis penchée sur une écrivaine anglaise qui me fascine de par son oeuvre protéiforme et si dense : Angela Carter. S’en est donc suivie une kyrielle de coups de coeur et de coups de colère face à mes lectures et mes rencontres. Au fur et à mesure se dessine mon idéal de femme, celui vers lequel j’aimerais tendre. Mais cet idéal est régulièrement en proie à des questionnements et re-définitions perpétuelles : entre débats féministes, questions du genre, désir de conquête et capitalisme. La sphère publique et la sphère privée sont de toutes manières intrinsèquement liées. Et une réflexion propre à un domaine ne se fait pas sans l’autre. Il y a étroite corrélation quoiqu’on en dise ou pense. Et il est un royaume qui m’a toujours intriguée : celui de la violence, et plus particulièrement pour les besoins du sujet aussi, celui de la femme violente. Créatures incomprises, d’un côté admirées, de l’autre rejetées, elles ne laissent personne indifférent. On s’interroge sur leurs motifs, leurs actes et leurs moyens. Elles me fascinent dans le sens où pour moi, elles sont le reflet d’une société extrêmement violente à leur égard. Elles renvoient en pleine face toute la véhémence et la condescendance voire la violence de l’indifférence qu’on a pu leur témoigner.

Il existe une pluralité de violences féminines : violence meurtrière, coup de folie, violence quotidienne, sadisme des vieilles institutrices des années 50, violence de la frustration et des rêves avortés, violence verbale, physique, psychologique…

Celle qui m’intéresse aujourd’hui c’est la violence cachée, la violence qu’on distille tous les jours comme un venin, qui s’insinue dans le foyer telle une vipère dans un berceau… la violence secrète qui fourmille d’un millier de raisons vengeresses… Je veux parler des empoisonneuses. Lire la suite de « Poison Lady »