Like in a fairy tale

En ce moment, les températures négatives font tomber tout le monde malade, nous confinant dans nos chaumières avec nos états grippaux. Ne m’approchez pas! J’en profite pour arpenter les rues désertes et faire quelques photos dans ces paysages féeriques et éphémères!

J’aime la coupe 50s de ce long manteau allié au design vintage de la pochette recouverte de dentelles noires. Je crois que l’esthétique des 50s m’a toujours fascinée. Les coupes flatteuses, l’aura mystérieuse, un peu dramatique Lire la suite de « Like in a fairy tale »

Le Contre-article Beauté avec 3 mois de retard

Bon déjà bronzer ça me fait chier. Faire du sport pour perdre du poids, me faire un fessier callipyge instagramable sur fond de voilier, j’ai la flemme.

Au delà de tout ça, -et je ne remets pas en cause la valeur de ces raisons- j’en ai marre que tous les étés on me lobotomise avec les squats, le bronzage, les crèmes contre le lard, le mou, les vergetures.

Qui est ce on? Oui, les magazines, oui les publicités.
Mais en fait, je les regarde quasi jamais. C’est plus mon feed instagram, facebook qui finit par me fatiguer. Pas les gens. Mais les photos de leurs activités. De leurs bouts de corps qui seraient potentiellement photographiables (cf les cuisses saucisses / les fesses abricot / les boobs et les bouches cerise). Je suis comme tout le monde, ça me fait rêver jusqu’à ce que ça me fasse sincèrement profondément chier. Pour plusieurs raisons. Lire la suite de « Le Contre-article Beauté avec 3 mois de retard »

Garage Art Déco / Pinup Rétro

Pour commencer cette série sur les 50s, Jim et moi avons choisi une localisation quelque peu étonnante dans un quartier proche (Vernet) de Perpignan. Cette première série est consacrée purement à la mode, aux couleurs, aux superbes compositions graphiques de Jim, mais il n’y aura pas de commentaire social ou satirique… pas encore ! Une deuxième série va suivre et je ferai un point sur les auteurs importantes (pour moi) des 50s ainsi que sur quelques poétesses que je chéris particulièrement aux parcours de vie assez complexes…

En attendant, voici les premières images de notre remontée dans le temps !

50s-3b

50s-4b

50s-6b

50s-11

Le lieu : à l’image des 50s

Le garage art déco un peu vieillot et le rose cuisse de nymphe de la porte alliés à la lumière de fin d’après-midi nous ont permis de jouer avec l’ombre et le soleil et de donner un rendu très doux, dans l’esprit pastel et tout simplement Fifties !

50s-10

La pièce maîtresse

J’aime composer mes looks en partant d’une pièce maîtresse, dont le reste de la tenue découlera tout naturellement. Il peut s’agir d’un vêtement ou même d’un simple accessoire, mais à partir de cette pièce, le reste n’est que composition d’un tableau dont on se veut le maître ! La pièce maîtresse et moi avons une histoire bien particulière : il s’agit de la jupe, qui n’est autre que la jupe de ma grand-mère née au début des années 20. Jupe qu’elle portait donc dans les années 40/50… Elle est en excellent état, s’attache avec des sortes d’agrafes, et le tissu est doublé, un peu lourd mais fluide. A partir de la jupe, qui a été pour moi comme un cadeau précieux hérité de ma famille paternelle, j’y ai ajouté un tout simple chemisier rouge pour rappeler le rouge ardent des roses, une paire de chaussures à talon vertigineux et puis la paire de lunettes « Lolita » qui me rappelle tellement l’époque d’American Graffiti, avec ce petit clin d’oeil Nabokovien… Quant à la coiffure, simple mais efficace, chignon/bun et petit nœud dans les cheveux.

50s-8

Tenue

Jupe des années 50 Riechers & Fils – Chemise Pimkie – Sandales Mango – Lunettes Amazon

« Des femmes-fleurs, aux épaules douces, aux bustes épanouis, aux tailles fines comme des lianes et aux jupes larges comme des corolles » (Christian Dior) 

Nous sommes vers la fin des années 40. A cette époque tout juste post-guerre, on éprouve le désir de marquer la féminité, et d’en finir avec le style « pratique » et masculin de Coco Chanel. L’oeil mâle est en manque de courbes, a t-il besoin de réconfort sensuel et maternel après le second trauma de WWII? A bas l’uniforme de travail, on redonne à la femme sa « féminité égarée ». L’euphorie regagne le pays, et on souhaite se démarquer de l’androgynie propre aux années 20 (robe tube, cheveux courts « bob »…). Les vêtements sont très cintrés, resserrés à la taille par une ceinture. Christian Dior lance le style « newlook » vers la fin des années 40. La taille doit être fine, les épaules petites et rondes, les hanches marquées par des jupes amples, fluides et juponnantes. La silhouette en vogue c’est le fameux sablier : seins/taille/hanche mis en avant. On sent ici un léger revival de l’époque 1900, où les courbes de la femme étaient flattées, amplifiées par le port de vêtements étriqués en haut (corset…) et volumineux en bas, que l’on retrouve avec les jupes « corolle » très à la mode dans les 50s.

Influences

Sue Lyon et sa paire de lunettes Coeur dans Lolita, roman de Nabokov adapté par Kubrick,
Marilyn Monroe et sa tenue rouge vibrante,
Lauren Bacall et sa robe corolle,
Sophia Loren et ses courbes incroyables,
Grace Kelly dans La main au collet de Hitchcock,
Le style newlook par Christian Dior,
Yves-Saint Laurent pour Christian Dior en 1950 (robe noire à fleurs rouges)