Jungle Magic

“I am she who lifts the mountains
When she goes to hunt,
Who wears mamba for a headband
And a lion for a belt.
Beware!
I swallow elephants whole
And pick my teeth with rhinoceros horns,
I drink up rivers to get at the hippos.
Let them hear my words!
Nhamo is coming
And her hunger is great.

I am she who tosses trees
Instead of spears.
The ostrich is my pillow
And the elephant is my footstool!
I am Nhamo
Who makes the river my highway
And sends crocodiles scurrying into the reeds!” 
― Nancy FarmerA Girl Named Disaster Lire la suite de « Jungle Magic »

Publicités

San Francisco

San Francisco a toujours été la ville de mon coeur. Il y a une vraie communauté artistique, un esprit de rébellion et de folie qui plane au-dessus de la ville, drapée dans ce nuage de brume constant.

San Francisco, c’est la ville qui a hébergé la contre-culture, si ce n’est son véritable berceau.

C’est la ville où tous les hippies vivaient à Haight Ashbury, où les gays pouvaient se retrouver en toute liberté à Castro, où l’on voit fréquemment des gens se promener à poil, ou parés d’étoffes totalement fantasques.

C’est la ville de la révolution des consciences, du Human BE-In de 67, des lectures des textes sous acides de Ginsberg, des révolutions étudiantes… Lire la suite de « San Francisco »

Call me by your name

Call me by your name, c’est le nouveau film de Luca Guadagnino sorti le 28 février en France. Il raconte les amours éphémères de deux jeunes garçons le temps d’un idyllique été dans les années 80 en Italie. Elio a 17 ans et ses parents accueillent tous les ans de jeunes doctorants pour des stages d’été. Cette famille polyglotte est bercée par la culture : l’art, l’archéologie, la littérature, la musique, l’étymologie des mots les enveloppent et imprègnent leurs rapports au monde… Adapté du livre du même nom (que je n’ai pas encore lu !), apparemment Guadagnino réussit une très belle mise en scène, et son parti pris esthétique et sensible jette un voile de pudeur émouvant sur cette relation si spéciale.

L’hédonisme à l’italienne

Lire la suite de « Call me by your name »

Dis-moi comment tu ris et je te dirai qui tu es

Vous avez déjà rencontré cette fille qui rigole tellement fort que vos oreilles saignent, votre carcasse en tremble et les murs aussi? Cette fille c’est moi.

Résultat de recherche d'images pour "gif girl laughing"
Moult théories existent à ce sujet : les gens qui rient fort veulent se faire remarquer, se faire aimer par leurs pairs, c’est des narcissiques finis… Oui et non!

Le rire forcé est souvent signe de désir d’inclusion, mais pas le rire spontané, le rire qui survient du plus profond des entrailles !

Avant de vous en dire plus sur mon expérience personnelle du rire, un petit tour du côté des sociologues et des philosophes s’impose ! Lire la suite de « Dis-moi comment tu ris et je te dirai qui tu es »

Le Syndrome de Stendhal

Vertiges, nausées, hallucinations, coeur qui s’emballe, évanouissements, amnésie… Voici les symptômes que vous pourriez un jour ressentir si vous étiez atteint du syndrome de Stendhal.

Qu’est-ce que ce syndrome portant le nom d’un grand écrivain français? 
Il s’agit d’un syndrome défini par la psychiatre italienne Graziella Magherini, qui a recueilli plusieurs centaines de témoignages en plus de 20 ans. Les témoignages révèlent  les récits de chocs esthétiques ressentis par des personnes frappées de confusion mentale, d’ébranlement physique après avoir eu une extase artistique digne d’une extase mystique. Lire la suite de « Le Syndrome de Stendhal »

Los Angeles

 Il y a 3 ans j’ai eu l’occasion de faire un roadtrip excellent du côté de l’ouest des Etats-Unis. Je n’oublierai jamais ce voyage, et essaierai d’y retourner dés que possible tellement j’avais aimé l’atmosphère et l’art de vivre à la californienne !

J’étais logée dans une très jolie ville qui s’appelle Marina del Rey, résidence grand standing avec piscine et hot tub ! J’y passais absolument toutes mes soirées !

De Marina Del Rey, on peut se promener à pied jusqu’à Venice Beach et longer la route aux palmiers jusqu’à Santa Monica et son immense plage et sa fête foraine constante ! Lire la suite de « Los Angeles »

Le guide du Paris underground par Johann Zarca

Un maigrichon au caillou dégarni, zboub à l’air, s’assoit à ma droite et m’adresse un sourire :
– Tu viens souvent ici?
Casse les couilles!
– Nan, c’est la deuxième fois! je lui réponds poliment. En fait, je connais bien l’physio.
– Moi, c’est le propriétaire du Moon City que je connais. Je viens souvent, j’adore l’esprit du lieu et la mentalité des habitués. C’est vraiment un oasis de liberté…
Et merde! Je sens que ce type, en plus de vouloir me farcir le trou de balle, va me briser les grelots. Par moments, les libertins ne peuvent pas s’empêcher d’intellectualiser leur choix de vie, de philosopher sur leur envie de piner. Ils sont relous…

1040445

Lire la suite de « Le guide du Paris underground par Johann Zarca »