Blogs mode : l’art du storytelling

De nos jours, nous croulons sous la pluralité de blogs, de comptes instagram, tumblr, des millions de photos circulent quotidiennement sur les réseaux sociaux… Mais parmi ces clichés partagés en abondance, combien vont réellement nous marquer, nous toucher, voire nous bouleverser émotionnellement?

Le gros challenge des bloggeurs actuels est de rendre vivante, animée, impactante leur photo. Il existe pléthore de blogs insipides, des photos tout simplement chiantes à regarder. Encéphalogramme plat. Pas de soupçon de palpitation.

Alors comment rendre son image excitante? Il faut raconter une histoire. Il faut qu’elle possède un impact émotionnel. Qu’elle livre quelques pistes d’interprétation, qu’elle emmène en voyage, qu’elle révèle votre personnalité. C’est tout l’art du storytelling. Lire la suite de « Blogs mode : l’art du storytelling »

Publicités

Museum d’histoire naturelle : GO WILD OR GO HOME ! Retour à la Femme Sauvage

Il y a environ deux mois, je suis allée explorer le magnifique Museum d’histoire naturelle. Pour l’occasion, j’avais envie de revêtir ma veste léopard (faux fur of course) de la sublime boutique Space Vintage (Marseille). Histoire de me sentir en connexion avec le lieu. C’est marrant d’ailleurs ce besoin constant d’associer ses fringues au lieu qu’on va visiter. Je ne peux pas m’en empêcher. Lorsque je suis allée voir la comédie musicale La Famille Addams, il fallait que je revête la robe de Mercredi… C’est une habitude, un truc qui m’éclate, et une façon de me sentir réellement connectée au lieu ou à l’évènement.

Me balader en léopard et en docs au milieu de cet incroyable cimetière de créatures magiques m’a fait sourire. Il y avait ce décalage profond et ce lien ténu entre instinct de vie, rugissement, clairon de sa présence et de sa vigueur face à cette mort figée, magnifiée, passée au crible et à la loupe. Même si les musées sont l’oeuvre des hommes, c’est important d’imaginer toute cette faune, cette flore vivantes et bouillonnantes. L’instinct de vie et de survie à son apogée, l’animal est bien plus vivant, vif et vigoureux que la plupart des humains englués dans une routine, absorbés et contenus dans des codes sociétaux. Lire la suite de « Museum d’histoire naturelle : GO WILD OR GO HOME ! Retour à la Femme Sauvage »

Le Contre-article Beauté avec 3 mois de retard

Bon déjà bronzer ça me fait chier. Faire du sport pour perdre du poids, me faire un fessier callipyge instagramable sur fond de voilier, j’ai la flemme.

Au delà de tout ça, -et je ne remets pas en cause la valeur de ces raisons- j’en ai marre que tous les étés on me lobotomise avec les squats, le bronzage, les crèmes contre le lard, le mou, les vergetures.

Qui est ce on? Oui, les magazines, oui les publicités.
Mais en fait, je les regarde quasi jamais. C’est plus mon feed instagram, facebook qui finit par me fatiguer. Pas les gens. Mais les photos de leurs activités. De leurs bouts de corps qui seraient potentiellement photographiables (cf les cuisses saucisses / les fesses abricot / les boobs et les bouches cerise). Je suis comme tout le monde, ça me fait rêver jusqu’à ce que ça me fasse sincèrement profondément chier. Pour plusieurs raisons. Lire la suite de « Le Contre-article Beauté avec 3 mois de retard »

Soieries florales

Pour ce shooting avec ma talentueuse amie Elsa, nous sommes allées au Grand Travers faire virevolter nos jupes légères!

WOOP

Cette jupe a une histoire, je l’ai trouvée lors de mon voyage à Florence en Italie dans une petite boutique vintage absolument merveilleuse : Lady Jane B! Je recommande absolument cette pépite, et sa propriétaire est tout aussi délicieuse que les pièces originales et sublimes qu’elle vend!

talons

C’est simple, Florence n’a été qu’une succession d’évidences : tout, absolument tout, y était parfait, sublime, raffiné… Qu’il s’agisse d’art, de sculpture, de mode, de cosmétique, de gastronomie et de bons vins… J’ai été séduite par la ville, et je remporte avec moi quelques parfums floraux et cette merveilleuse jupe qui ressemble à une tapisserie florentine à la coupe des jupes corolles des années 50… Lorsque je l’ai vue dans la vitrine, c’était comme une évidence, le « colpo di fulmine » 😉

Merci à Elsa pour les photos, la créativité et les gifs!

P15 yes

 Rapide histoire du motif floral en Europe

Importé depuis la Chine, le motif floral s’est réellement imposé en Europe comme un signe de richesse autour du XIV et XVè siècles. Les villes italiennes raffolaient des pans floraux de velours tout droit venus de l’Empire Ottoman.

Avec la révolution industrielle, le motif floral a réellement « explosé » outre manche, l’Angleterre connut l’apogée du tissu liberty autour du XIXè siècle.

Cette jupe pour moi correspondrait davantage au design de William Morris, célèbre penseur préraphaëlite :

Et au design de certaines fleurs de natures mortes du XVIIè, avec ce fond noir comminatoire et ces gros pétales flamboyants ouverts perdant progressivement de leur superbe…

Détail d’un tableau de Jan van Huysum
Natures mortes de Willem van Aelst

Ouverture

J’aimerais faire une ouverture artistique vers celle qui photographie à mon sens le mieux les femmes et les fleurs : Kirsty Mitchell. Ses photos sont inspirées d’atmosphères de contes de fées, regorgent de brumes mystérieuses et reprennent le code préraphaëlite du langage des fleurs. Chaque fleur a une signification bien précise, et permet de faire passer des messages subtils sans les verbaliser…

Les Remparts Rouges

“Faire rêver les hommes est souvent le moyen le plus sûr de les tenir endormis – précisément parce que le rêve leur donne l’illusion d’être éveillés.” Gustave Thibon

Un lieu, une symbolique conformiste

Pour cette série de photos intitulée « Les Remparts Rouges » prise par Jim, je voulais trouver une belle maison du sud qui puisse avoir quelque chose d’hollywoodien dans le style (blanc, minimaliste, rappelant le désir conformiste du « white picket fence », symbole de réussite sociale aux USA). Ces photos ont été prises non loin des remparts de Perpignan, et pour moi les « Remparts Rouges » évoquent toute une symbolique très spéciale, faite de l’agrégat de plusieurs éléments esthétiques, cinématographiques et psychologiques.

mulholland-6 YES

Le costume, un reflet des fantasmes
Lire la suite de « Les Remparts Rouges »

La Femme des 50s : l’incomplète silencieuse

Si en tant qu’épouse, elle n’est pas un individu complet, elle le devient en tant que mère : l’enfant est sa joie et sa justification.
Le Deuxième Sexe (1949), Simone de Beauvoir

Un malaise passé sous silence

On assiste dans les 50s à l’émergence de la seconde vague féministe. En France, Simone de Beauvoir ouvre la voie aux multiples combats de la femme, aux USA c’est Betty Friedan qui crève l’abcès en 1963 avec The Feminine Mystique, la femme et son « problem that has no name », ou la mystification du malaise féminin dans la société. Soumise à la très forte injonction sociale de se marier et de procréer pour devenir un individu complet, de plus en plus de femmes ressentent un mal-être que personne n’avait encore jamais vraiment démystifié.

Friedan ose mettre des mots sur cette crise profonde que vit la ménagère des 50s. Sa comparaison est extrême, mais peut-être contribue-t-elle à éveiller enfin les consciences :

« Il n’est que temps de comprendre que l’état de ménagère à lui seul crée chez les femmes un sentiment de vide, de non-existence, de néant. (…) Il n’est pas exagéré d »affirmer que la femme qui s’adapte au rôle de ménagère, qui grandit dans la seule ambition de n’être « qu’une ménagère », court le même danger que ceux qui par millions entrèrent dans les camps de concentration pour y trouver la mort – et que ceux qui, par millions, refusèrent de croire à l’existence de ces mêmes camps. » Lire la suite de « La Femme des 50s : l’incomplète silencieuse »

Garage Art Déco / Pinup Rétro

Pour commencer cette série sur les 50s, Jim et moi avons choisi une localisation quelque peu étonnante dans un quartier proche (Vernet) de Perpignan. Cette première série est consacrée purement à la mode, aux couleurs, aux superbes compositions graphiques de Jim, mais il n’y aura pas de commentaire social ou satirique… pas encore ! Une deuxième série va suivre et je ferai un point sur les auteurs importantes (pour moi) des 50s ainsi que sur quelques poétesses que je chéris particulièrement aux parcours de vie assez complexes…

En attendant, voici les premières images de notre remontée dans le temps ! Lire la suite de « Garage Art Déco / Pinup Rétro »